22 mars, 2017
Victoria Hall, Genève, Rue Général-Dufour 14, 1204 Genève

Découvrez les prix et les gagnants de la tombola

Nelson Freire et l’Orchestre de la Suisse Romande dirigé par Jonathan Nott

Pour célébrer le centième anniversaire de la naissance de Dinu Lipatti, la Fondation Dr Henri Dubois-Ferrière Dinu Lipatti a organisé au Victoria Hall, le mercredi 22 mars 2017 à 20 heures, son concert de gala.

Oeuvres
Robert Schumann : Concerto pour piano et orchestre en la mineur op. 54
Johannes Brahms : Symphonie No 4 en mi mineur op. 98
Direction: Jonathan Nott
Soliste: Nelson Freire

Le concert a été suivi d’un buffet dînatoire offert par le Mandarin Oriental Genève au Restaurant du Parc des Bastions.

Le but de la soirée est de recueillir des fonds destinés à promouvoir la lutte contre la leucémie et autres cancers du sang.


Le projet médical

Rendre compatible l’incompatible, pour offrir la vie

La transplantation de cellules souches (ou allogreffe de moelle osseuse) consiste à remplacer la moelle malade d’un patient souffrant de leucémie par celle, indemne, prélevée chez un donneur. Actuellement, cette technique sophistiquée permet de guérir certains patients souffrant de leucémie. Mais tous n’ont pas cette chance. Pourquoi ? Principalement parce que le donneur qui conviendrait manque au moment voulu.

Jusqu’à maintenant, l’objectif était de trouver un donneur dit 100% compatible, afin d’éviter des réactions violentes entre le donneur et le receveur. Les recherches étaient d’abord menées au sein de la famille du patient, auprès des frères et sœurs, mais les règles de la génétique font qu’il n’y a que 25% de chances d’avoir un donneur idéal (ou 100% compatible) dans la fratrie. Il fallait donc découvrir une autre source de cellules souches pour la majorité des patients, en faisant appel aux donneurs volontaires du monde entier. Le but était de repérer dans cette banque des donneurs une sorte de sosie biologique permettant une greffe avec un maximum de sécurité et d’efficacité. Malheureusement, nous n’avons pas tous un sosie, et la leucémie est souvent plus rapide que ce processus d’identification, long et fastidieux.

Comment sortir de cette impasse ? En mettant fin aux certitudes, grâce à une révolution en marche ! Pendant des décennies, les transplanteurs ont cherché à obtenir des greffons compatibles à 100%. Grâce aux progrès scientifiques récents, une greffe allogénique est maintenant envisageable avec un greffon compatible à seulement 50% ! C’est un peu comme réussir un puzzle de 1000 pièces avec 500 pièces correctes et 500 pièces fausses ! Mais tout n’est pas simple et l’objectif principal de l’équipe du service d’hématologie des HUG est de réussir, pour chaque patient, à façonner ces pièces pour en faire un puzzle harmonieux. Ces progrès vont élargir le champ des donneurs potentiels au sein des familles. En effet, rappelons qu’un patient a 50% de son patrimoine génétique commun avec chaque parent biologique ou avec ses enfants. Le progrès n’est donc pas seulement scientifique et clinique, il est aussi symbolique puisqu’il va enfin permettre le don de vie intergénérationnel !

Professeur Pierre-Yves Dietrich
Président du Conseil Scientifique de la Fondation


Voir la galerie photo