Projet des Drs Marc Ansari, Patricia Huezo-Diaz, Rao C. Uppugunduri, Prof Maja Krajinovic, Hôpitaux Universitaires de Genève visant à expliquer les différences de réponses selon les patients d’âge pédiatrique à un traitement préalable nécessaire à une greffe de moelle osseuse:   » Role of the Fanconi pathway genes in determining clinical response to myeloablative conditioning regimen with busulfan and cyclophosphamide in children receiving a hematopoietic stem cell transplantation ».

Etat d’avancement

Des analyses du patrimoine génétique des jeunes patients sont nécessaires afin de mieux prédire et d’individualiser le traitement préalable nécessaire à une greffe de moelle osseuse, ceci afin d’en améliorer l’efficacité et d’en réduire les effets secondaires négatifs.

La collecte et l’analyse d’échantillons d’ADN auprès de malades, un processus long et complexe a pu débuter. La gestion et le traitement de ces échantillons d’ADN représentent la première étape indispensable à une analyse plus approfondie de ceux-ci qui prendra, elle, plusieurs années.
Ce projet a été financé grâce aux fonds récoltés (CHF 140’000) lors du GALA MINOR OPUS 2 du comité minor en 2013.

Contexte

Les enfants souffrant de leucémie ou de certaines autres maladies du sang nécessitent pour leur guérison une transplantation de moelle.

Une greffe de moelle osseuse est toujours précédée d’un traitement dit de conditionnement (chimiothérapie), dont le but est de détruire le maximum de cellules tumorales, ce qui permet de réduire le risque de récidive de la tumeur et de diminuer le risque de rejet des nouvelles cellules greffées. Toutefois, certains patients développent de graves complications en cours de traitement, comme la récidive de leur maladie initiale, le rejet de la greffe, éventuellement le développement d’une autre tumeur.

En effet, la réponse des enfants malades à la chimiothérapie est complexe et différente d’un patient à l’autre. Elle dépend de la capacité des cellules tumorales à se laisser détruire ou au contraire de s’auto-réparer, après avoir été agressées par le traitement de conditionnement.

Le projet soutenu en 2013 vise à expliquer cette différence de réponse au traitement par la présence «d’outils de réparation» au sein de toutes les cellules, y compris au sein des cellules tumorales. On appelle cette voie de réparation «the Fanconi anemia pathway». Les gènes impliqués dans cette voie de réparation s’expriment et se régulent de façon individuelle, c’est-à-dire de façon variable selon chaque personne, selon son génotype. Cette inter-individualité explique la variabilité de réponse de chaque patient à un même traitement, ses chances de survie, ses risques de complications, et le risque de récidive de la tumeur. Le projet de recherche du Dr Ansari etde ses collègues a pour but d’investiguer l’évolution clinique des enfants bénéficiant d’une transplantation de moelle osseuse, en procédant à l’analyse de la variabilité de ces gènes «réparateurs d’ADN», qui influencent la capacité des cellules tumorales à se défendre contre la chimiothérapie en pré-greffe. Les résultats de cette recherche devront permettre d’anticiper la capacité de réponse ou de non-réponse au traitement de conditionnement, pour chaque patient, avec ses risques de complications. Ceci afin d’administrer de façon individualisée – en fonction du génotype de chacun de ces jeunes patients – le dosage «optimal» des agents de chimiothérapie pour obtenir la destruction du plus grand nombre de cellules tumorales, tout en évitant une toxicité trop sévère sur les organes sains. Ainsi, les médecins visent à assurer les meilleures chances de survie et de qualité de vie après la maladie à chacun de ces enfants souffrant d’une leucémie ou d’une autre maladie hématologique nécéssitant une greffe de moelle. Ce projet scientifique se déroulera au sein de la plate-forme de recherche d’onco-hématologie pédiatrique du Département de l’Enfant et de l’Adolescent des Hôpitaux Universitaires de Genève. Il a été validé et vivement soutenu par le Comité scientifique de la Fondation Dr Henri Dubois-Ferrière Dinu Lipatti (Prof. Pierre-Yves Dietrich, Prof. Anne-Françoise Allaz, Prof. Michel Duchosal, Prof. Karl-Heinz Krause, Prof. Philippe de Moerloose, Prof. Claire-Anne Siegrist).